menu

Pessac, utopie urbaine d’hier et de demain

Publié le 19 octobre 2017

Mardi 10 octobre, en marge du Congrès des Epl 2017, une quarantaine de congressistes ont pris la route de Pessac pour découvrir la Cité Frugès, manifeste vivant de l’architecture moderne signé Le Corbusier, et la Cité des métiers, programme conduit par la Spl bordelaise la Fab et prototype de la ville durable promue par la métropole.

Première étape à la Cité des métiers, opération témoin initiée par la Spl la Fab dans le cadre de la démarche "50 000 logements autour des axes de transports". L'architecte Emmanuelle Poggi et Joanna Rossignol-Puech, directrice de projet à la Spl ont accompagné la visite du programme fraichement livré. Proche d'un arrêt du tramway, sur un foncier communal initialement destiné à un parking relais, la Cité des métiers est un programme de 157 logements en locatif social (50 pour un foyer jeunes travailleurs, 80 pour une résidence sociale, 27 logements PLS meublés destinés à des chercheurs et des doctorants pour du très court séjour).

Économie du foncier en construisant au-dessus d'un parking relais, maitrise des coûts de construction, mixité des programmes pour répondre aux besoins de tous les publics, la Cité des Métiers est un ilot démonstrateur de la ville durable à plus d'un titre.

Cyril Zozor, médiateur culturel, a ensuite accueilli les participants dans la "maison gratte-ciel" de la Cité Frugès, manifeste de l'architecture moderne, fruit de la rencontre entre un jeune industriel mécène et un architecte. Henry Frugès, industriel sucrier passionné d'architecture et d'innovation sociale passera commande à Charles-Edouard Jeanneret, plus connu sous le pseudonyme Le Corbusier, pour une cité-jardin destinée à loger la population ouvrière de la commune en 1924. Révolutionnaires dans l'usage des techniques de constructions industrielles et l'intégration du confort moderne au cœur des logements, les Quartiers modernes Frugès préfigurent ce que sera l'ensemble de l'œuvre de le Corbusier. Le public se passionne pour cette Cité et ses 51 maisons, aujourd'hui inscrit au patrimoine mondial de l'Unesco, mais qui a su évoluer accompagner depuis plus de 90 ans l'évolution des modes de vie de ses habitants.

Les participants de la visite emporteront avec eux la douceur des bougainvilliers, les façades polychromes de Le Corbusier et l'idée qu'à un siècle d'intervalle l'architecture a pu être un moyen de penser autrement le vivre ensemble.

Par Romain HARLE
Top
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une expérience utilisateur personnalisée et réaliser des statistiques de visites.