menu

Thermoludisme : Les stations thermales misent sur le bien-être

Publié le 24 janvier 2013

En complément ou en structure dédiée, le thermoludisme est devenu la nouvelle tendance du développement, voire du renouveau, des stations thermales. Détente et bien-être apportent une nouvelle dynamique, avec des retombées économiques non négligeables. Des Epl s’imposent aujourd’hui sur ce marché.

Les centres thermoludiques attirent une nouvelle clientèle dans les stations thermales comme les familles, les couples ou des groupes d’amis. © DR

C’est une nouvelle dimension pour le thermalisme du XXIe siècle. Après des débuts timides, le thermoludisme a aujourd’hui trouvé toute sa place dans les stations thermales, pour devenir la nouvelle tendance à la mode. Les collectivités locales ont compris l’enjeu et soutenu ce développement porteur d’emplois et de retombées économiques sur l’ensemble d’un territoire. Des Entreprises publiques locales ont ainsi redonné vie à des stations thermales tombées dans l’oubli, comme La Chaldette avec la Selo (Sem d’équipement pour le développement de la Lozère) ou à Loudenvielle (Hautes-Pyrénées) avec la Sem Balnéa.

Des centres thermoludiques ou des spas thermaux se développent également aux côtés des établissements de cure traditionnels, comme à Balaruc-les-Bains avec la Spleth (Société publique locale d’Exploitation des Thermes), ou encore à Brides-les-Bains (Seml de Brides-les-Bains). La grande majorité des centres thermoludiques créés dans les stations thermales au cours des dernières années « relèvent d’une initiative et d’une maîtrise d’ouvrage publique », commente la Fédération thermale et climatique française. L’ambition est aussi de redynamiser l’activité thermale médicale – même si elle reste le coeur de métier comme à Balaruc-les-Bains – grâce à une image plus attractive de la station, et en proposant une activité récréative aux accompagnants, voire aux curistes eux-mêmes.

Un nouveau souffle pour le thermalisme
Les établissements thermaux développent désormais de plus en plus « des cures de remise en forme, bien-être, minceur ou encore anti-stress, confirme Catherine Magnien, responsable communication des Thermalies, Salon de l’eau et du bien-être qui se tient à Paris du 24 au 27 janvier. La durée de ces séjours non médicalisés varie entre 3 et 6 jours ». Au programme : piscines d’eau thermale, parcours aquatiques, hammams, jacuzzis… « Tout est réuni pour un moment de relaxation intense ». Les centres thermoludiques comportent également, dans la quasi-totalité des cas, un espace « remise en forme » ou « spa » qui dispense des soins individuels de type modelage, relaxation, esthétique, et soins du corps, et souvent un espace fitness. Même s’il n’enraye pas toujours le déclin des cures conventionnées, avec qui il entre en synergie, le thermoludisme devient le complément incontournable des stations thermales. Et contribue à donner un nouveau souffle au thermalisme.

Top