menu

Les Sem sur le sentier… de la santé

Publié le 9 décembre 2009

Les Sem se positionnement aujourd’hui sur le créneau sanitaire et médico-social. Fortes de leur expérience dans l’aménagement et de leur capacité à travailler en partenariat, elles interviennent sur des chantiers de restructuration et de modernisation des équipements de santé. Des opérations qui se multiplient sur tout le territoire, dans le cadre du Plan hôpital 2012.

Les Sem n’hésitent plus à intervenir sur le créneau de l’hospitalier. © Seda

Le secteur hospitalier est un marché en pleine expansion. Dans le cadre du Plan hôpital 2012 qui prévoit un investissement de 10 milliards d’euros (en deux tranches) pour permettre une évolution et une adaptation de l’offre de soins mais également la restructuration et la modernisation des sites hospitaliers, les Sem ont désormais une carte à jouer.

Déjà depuis plusieurs années, la société d’aménagement d’équipement du Vaucluse, Citadis a défriché la voie. Elle est aujourd’hui devenue une référence en la matière sur tout le territoire. « Le secteur sanitaire est très complexe. Il nécessite une haute technicité et des compétences très pointues. D’autant qu’il faut intervenir dans un milieu occupé avec souvent des délais serrés », explique Gilles Vayssiere, directeur adjoint de Citadis.

« La grande force des Sem réside dans leur capacité à développer des compétences transversales et travailler en partenariat » explique Jean-Marie Sermier, député du Jura et administrateur de la Fédération des Epl. Beaucoup de Sem ont également des décennies d’expérience dans les domaines du renouvellement urbain, de l’aménagement et de la construction de superstructures. Elles sont tout-à-fait à même de répondre aux enjeux du secteur hospitalier, sachant aussi qu’aujourd’hui toutes les réalisations effectuées dans le cadre du plan hôpital 2012 doivent répondre à des critères HQE. Autre atout, la capacité à travailler en tandem : « Sur les projets importants qui sortent de notre département, nous nous associons en partenariat avec une Sem locale qui assure l’opérationnel sur le terrain », explique Gilles Vayssière. Cela a été le cas de la Société d’équipement du département du Doubs (SEDD) avec Citadis lors de la structuration du CHU de Besançon en 2001.

Beaucoup de Sem à l’instar de la Société d’équipement du département de l’Aisne (Seda) et de la Société d’équipement du Rhône et de Lyon (Serl) se positionnent également sur ce créneau plus accessible et qui répond à des besoins cruciaux en matière de service public. Ce sont les Ephad, les maisons de retraites, les centres de soins de suite, service d’urgence et de gériatrie, chantiers que les Sem hésitent plus à multiplier pour permettre un meilleur accès aux soins sur leur territoire.

Top