menu

On recense 1 355 Entreprises publiques locales en France au 1er juin 2021

Publié le 18 octobre 2021

Comme chaque année, le Congrès national des Epl est l’occasion pour la Fédération des élus des Entreprises publiques locales (FedEpl) d’annoncer la publication de la nouvelle édition du Baromètre des Entreprises publiques locales. Plus connue sous le nom d’Eplscope, l’étude fait état de la grande capacité d’adaptation du mouvement formé par les Sem, les Spl et les SemOp.

Au nombre de 1 355 au 1er juin 2021, les Entreprises publiques locales (Epl) ont été, comme l’ensemble de l’économie française, marquées par le ralentissement de l’activité économique consécutif à la crise sanitaire. Elles ont toutefois su s’adapter pour contenir les dommages et s’inscrire en première ligne pour amorcer la relance de l’activité économique et les transitions qu’elle implique.

L’état des lieux de la situation des Entreprises publiques locales en 2021

La neuvième édition de l’Eplscope s’inscrit dans la continuité des précédentes. Elle porte un regard synthétique sur l’état du mouvement, les ressorts de sa croissance et ses perspectives de développement. La publication offre un panorama général sur l’ensemble des sujets qui concernent les Epl, qu’il s’agisse de la filialisation, de la commande publique ou de la responsabilité sociale des entreprises (RSE). Complétée par la plateforme numérique Epldata, elle permet à la Fédération des élus des Entreprises publique locales d’enrichir la connaissance de l’économie mixte locale en France. Elle témoigne aussi de la volonté de la FedEpl de soutenir les Sem, les Spl et les SemOp dans leurs actions, tout en promouvant la gamme Epl auprès des décideurs publics.

L’édition 2021 de l’Eplscope comprend deux éléments à signaler. Un volet spécifique est consacré aux conséquences de la crise sanitaire et à la phase de relance de l’activité économique à laquelle prennent part les Epl. Un autre se concentre sur l’activité dans les zones de montagne. Les Sociétés d’économie mixte (Sem), les Sociétés publiques locales (Spl) et les Sociétés d’économie mixte à opération unique (SemOp) jouent un rôle essentiel dans ces territoires et il convenait de leur offrir un espace à la mesure de leur contribution.

Une activité soutenue malgré une hétérogénéité des situations selon les activités

En dépit d’un contexte économique défavorable, les Entreprises publiques locales (Epl) sont parvenues à conserver l’élan qu’elles ont initié depuis plusieurs années. Ce sont en effet près de 1 355 Epl qui ont été recensées au 1er juin 2021, soit 42 sociétés supplémentaires par rapport à l’année précédente. Ces sociétés affichent un volume d’activité élevé (14,23 milliards d’euros de chiffre d’affaires) et maintiennent un nombre d’emplois significatif (62 550 emplois) – et non délocalisables – sur l’ensemble du territoire.

Alors que l’économie française a subi une année sombre, marquée par une chute historique de son produit intérieur brut (PIB) de 7,9 % en 2020, l’économie mixte locale semble avoir davantage résisté. Alors qu’elles prévoyaient une compression plus importante de leur activité sur l’exercice 2020, les Epl accusent finalement une baisse d’activité de 5,1 %. La limitation des dommages prouve une nouvelle fois les capacités d’adaptation et de résilience des Sem, des Spl et des SemOp. Usant de leur souplesse intrinsèque, les différentes composantes de la gamme Epl se sont efforcées d’initier des stratégies ad hoc pour garantir le bon fonctionnement des missions de service public dont elles ont la responsabilité.

La situation ne doit pas occulter les disparités qui existent d’un domaine d’activité à l’autre. Alors que les Epl d’environnement, de réseaux, d’habitat, d’immobilier et de développement économique ont maintenu ou accru le niveau de leur chiffre d’affaires, celui des sociétés de mobilité, de tourisme, de culture et de loisirs a reculé. Les dispositifs d’aide institutionnels et le soutien de l’ensemble des parties prenantes ont été déterminants pour ces entités. Il conviendra de poursuivre dans cette voie, tant que l’activité ne sera pas revenue à un état « normal ».

Les Epl, fers de lance du développement des territoires et au cœur des transitions

Si la page de la crise sanitaire n’est pas définitivement tournée, les Entreprises publiques locales, sous le pilotage des collectivités territoriales, apparaissent d’ores et déjà comme les promotrices et les actrices du « monde d’après ». Fortes de leur présence dans plus d’une quarantaine de métiers, les Sem, les Spl et les SemOp agissent comme les catalyseurs de la relance économique engagée sur l’ensemble du territoire. La nouvelle édition de l’Eplscope souligne en effet les ambitions des acteurs de l’économie mixte locale, qui envisagent d’investir près de 5 milliards d’euros en 2021, soit 5 % de plus que l’année précédente. Ces projets d’investissements concrétisent le sentiment d’optimisme majoritairement répandu parmi les dirigeants d’Epl.

Production d’électricité décarbonée, développement des mobilités douces, performance énergétique des bâtiments, déploiement de nouveaux services à la personne, modernisation des stations de ski, etc. Sur tous ces sujets d’avenir, les Epl sont d’ores et déjà à pied d’œuvre. Nombre d’entre elles se donnent l’ambition de s’insérer dans la dynamique des plans de relance européens et nationaux. L’outil Epl continue d’apparaître comme une solution optimale pour les élus locaux, à même de stimuler le développement des territoires.

Accéder à la plateforme de téléchargement de l’Eplscope 2021

Par Esteban PRATVIEL
Top