menu
Publié le 11 janvier 2019

Les Epl dans les starting-blocks des Jeux olympiques et paralympiques 2024

Après la confirmation à l’automne 2017 que la candidature française était retenue pour accueillir les Jeux olympiques et paralympiques en 2024, les Epl franciliennes se sont attelées à la préparation de l’évènement. À l’occasion de l’une de ses manifestations régionales, la Fédération des Epl Île-de-France organisait le 17 décembre à l’Hôtel de Ville de Paris une table ronde avec les principaux acteurs des Jeux pour affirmer leur implication dans cette grande manifestation sportive planétaire.

Photo DR

« Certaines Epl œuvrent d’ores et déjà à la construction des villages olympiques à l’instar de Plaine Commune Développement ou de la Spl Le Bourget – Grand Paris« , a indiqué Philippe Ducloux, président de la Fédération régionale des Epl Île-de-France dans son propos introductif. Et de poursuivre en précisant que, de son côté, la Sogaris invente des solutions logistiques pour la future Arena II Porte de la Chapelle à Paris, alors que la Sem Accord Hôtel Arena, qui recevra les épreuves de basketball et de judo, et la Spl régionale Saerp chargée de l’aménagement de la base nautique de Vaires-sur-Marne où les épreuves d’aviron et de canoë-kayak se dérouleront, préparent l’accueil des manifestations sportives.

Les Jeux, des opportunités pour les Epl franciliennes

Au-delà, les Epl des services des transports, du stationnement ou de la gestion des déchets s’interrogent quant à leur mobilisation au moment des Jeux et quant aux retombées économiques pour leur secteur. En effet, certaines d’entre elles sont coutumières de ces grands évènements, comme la Semardel qui se voit confier depuis plusieurs années la gestion des déchets durant le tournoi de Roland-Garros.

Par ailleurs, pour les besoins de cette manifestation, des outils pourraient voir le jour et les modèles Epl : Sem, Spl ou Semop, choisies comme structure de portage. Ici la gestion d’un équipement sportif, là « la création d’une Semop pour la gestion d’une boucle énergétique locale », comme le propose Camille Picard, directrice territoriale pour la Seine-Saint-Denis et le Val d’Oise de la Banque des territoires, partenaire officiel de la rencontre sportive.

Un accélérateur pour les projets

« Les collectivités territoriales devront se saisir des JOP 2024 comme d’un accélérateur, et les Epl dans leur sillon », précise Jean-François Martins, adjoint à la maire de Paris en charge des sports, du tourisme, des Jeux olympiques et paralympiques.

Pour Patrick Braouezec, président de l’Établissement public territorial Plaine Commune et président de la Sem et de la Spl Plaine commune développement « les JOP 2024 sont la garantie de la réalisation des opérations« . Pour son territoire, « c’est 2 200 nouveaux logements sur le site du village olympique qui seront laissés en héritage après les Jeux, l’arrivée de la ligne 16 et la construction d’une piscine olympique à Saint-Denis ».

Catherine Léger, directrice générale des deux Epl précise que ses « sociétés travaillent de concert avec Solideo, l’établissement public d’aménagement spécialement créé pour garantir auprès du Comité international olympique (CIO) la réalisation d’ici 2024 de l’ensemble des équipements à construire pour les Jeux. Nous sommes titulaires d’une concession d’aménagement depuis 2010 pour l’émergence d’un écoquartier fluvial dans le cadre d’une Zac. L’état d’avancement du projet et son ambition environnementale ont été autant d’arguments en faveur de l’implantation du village olympique sur ce site dans le choix du CIO. Aujourd’hui, 300 logements sont d’ores et déjà livrés ainsi qu’une centrale de mobilité avec 219 places de stationnement et les berges de Seine seront prochainement accessibles au public ».

Lire aussi : Une centrale de mobilité en cœur d’écoquartier

Humain, durable et novateur

En conclusion, l’ensemble des intervenants ont affirmé qu’au-delà de la manifestation sportive, les enjeux de ces Jeux olympiques et paralympiques 2024 pour les territoires franciliens sont de 3 ordres :

  • humain, la population francilienne doit bénéficier des retombées économiques et en termes d’emploi, notamment à travers l’activation des clauses d’insertion dans les marchés publics,
  • durable, à travers la réversibilité anticipée des constructions,
  • novateur, dans les pratiques avec par exemple le développement de CycleUp une plateforme de réemploi des matériaux pour les secteurs de la construction et de l’immobilier ou encore le lancement dès janvier 2019 d’un « aqua prêt » par la Banque des territoires pour accompagner à long terme les collectivités locales dans la réhabilitation des réseaux d’eau et d’assainissement et ainsi permettre dès 2024 les activités sportives de baignade dans la Seine.

De quoi être impatient d’ici 2024 !

Téléchargez les présentations des intervenants.

Par Caroline VOLLET
Top
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une expérience utilisateur personnalisée et réaliser des statistiques de visites.