menu

Les lauréats

Publié le 1 avril 2016

Ambiance de fin d’année scolaire, ce 24 mars, lors de la remise des diplômes du cycle post-graduate de management général à HEC. La promo 2016 a livré son cru, accompagné de celui de la Corpo thématique annuelle dans une atmosphère de fête.

"Je suis fier de la promo de cette année. Les auditeurs étaient studieux, ils ont su bien travailler ensemble, c'est l'objectif de la formation", déclare Bernard Vedrenne, responsable management & ingénierie territoriale à la Fédération des Epl. Le cycle post-graduate de management général, organisé en partenariat avec HEC sur le campus de Jouy-en-Josas, réunit ce soir-là, pour sa 15e édition, 26 prétendants issus du mouvement des Epl, illustrant la diversité de ses secteurs d'activité : aménagement, transport, tourisme, funéraire public… Parmi eux également, des candidats venus des organismes partenaires (Ipsec, Arkéa).

L'innovation, le leadership et le collaboratifTous sont réunis à l'amphithéâtre du campus d'HEC pour fêter la fin du cycle, en présence des responsables de la formation. "Le mouvement des Epl va de l'avant, il accompagne les changements de la société. Ce sont les hommes et les femmes qui le constituent qui le permettent, et la formation Epl management y contribue de plus en plus", lance Thierry Durnerin, directeur général de la Fédération des Epl.

Nathalie Lugagne, directrice-adjointe d'HEC renchérit : "cette formation enseigne 3 principes. L'innovation à travers le business et le social, le leadership sociétal et environnemental, et la dimension collaborative de ce leadership. Elle met l'énergie et l'enthousiasme au service d'une économie plus innovante, plus dynamique, plus compétitive". Et Paul Delduc, invité au jury de fin de cycle, de féliciter les lauréats. "On avance grâce aux Epl, merci pour ce que vous faîtes pour le service public et la ville durable", déclare le directeur de l'aménagement, du logement et de la nature au ministère du Logement.

Tous toqués  !La salle écoute mais chahute aussi. On applaudit à tout rompre dès qu'un lauréat est nommé pour se voir remettre son diplôme. Il faut dire qu'ils ont eu le temps d'apprendre à se connaître. Le cycle comprend 6 modules de 3 jours par mois, d'octobre à mars. Pour marquer le coup, ils se sont tous coiffés de la toque carrée des diplômés américains, un clin d'œil envieux au modèle de business school.

"Avant, les gens ne se rencontraient pas, le mouvement des Epl était cloisonné, il y avait des réunions pour les juristes, d'autres pour les aménageurs, explique Bernard Vedrenne, maintenant il y un cycle où tous se rencontrent pour partager les mêmes valeurs, où service public et management efficace ne se contredisent pas". L'enjeu de la formation est donc pluridisciplinaire. Juristes, fiscalistes, aménageurs et techniciens se côtoient pour apprendre la même chose : la dimension intermétier des activités des Epl. 

Un tiers des cours sur les sciences humaines Pour s'en rendre compte, plusieurs modules enseignent la géostratégie, le management d'un orchestre par un chef d'orchestre ou encore l'histoire de la peinture du 16e siècle à nos jours. Un tiers des cours portent sur les sciences humaines, de quoi élargir les horizons et se forger une culture généraliste. "Beaucoup de dirigeants d'Epl croyaient qu'ils pouvaient convaincre sur leurs seules compétences, or ce qu'attendent leurs élus et le grand public, c'est qu'on leur parle le même langage", poursuit Bernard.

"On apprend les disciplines financières, techniques et juridiques d'une façon plus ouverte, plus vulgarisatrice, c'est une nouvelle forme de pédagogie pour transmettre et convaincre", déclare une lauréate. "Tout devient transversal, on apprend à travailler ensemble où les compétences de chacun, juriste, fiscaliste, agent territorial, sont réunies pour être mieux comprises par tous", avance une autre.

L'ouverture sur le monde est une dimension enseignée également à la Corpo thématique annuelle. Les 29 candidats qui ont suivi cette formation courte sur 3 jours, planchaient cette année sur la dimension anxiogène de la société actuelle et les issues positives qu'il faut savoir en tirer. La nostalgie n'est pas enseignée à Epl management.

Pas de quoi s'arrêter en si bon chemin. Pour tous les candidats, poursuivre sa route ne se fait plus seul désormais. La formation a une vertu supplémentaire, celle de créer des liens forts, de quoi faire tenir un réseau pendant longtemps. D'ailleurs, à la soirée de gala, les précédentes promos sont venues passer le bonjour.

Par Hervé LE DAIN
Top
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une expérience utilisateur personnalisée et réaliser des statistiques de visites.