menu
Publié le 26 novembre 2014

Habitat, les Français et la domotique : je t’aime…moi non plus

Le Parlement a débattu cet automne de la loi de programmation énergétique. Une de ses prérogatives est d’engager les citoyens et la société dans son ensemble dans un processus vertueux de réduction des consommations d’énergie. Les évolutions technologiques dans la domotique vont dans ce sens. Pourtant, l’intérêt des Français pour ces innovations semble mitigé.                                           

Une enquête conduite par le Crédoc dans le cadre de l'Observatoire Promotelec « du confort dans l'habitat » dresse un portrait de la perception des Français sur le sujet de la domotique. Des indications précieuses pour les Epl gestionnaires de logements.69 % des Français peu enclins à investir dans la domotiqueChauffage, circulation de l'air, déclenchement des appareils de lavage, de cuisson…, la domotique ne cesse de proposer des innovations techniques pour faciliter le quotidien. Pourtant, même si 48 % admettent qu'il faut réduire la consommation d'énergie « de façon importante », l'opinion des Français est partagée. Ainsi, l'automatisation doit faire face à une ambivalence bien marquée.La domotique est perçue comme utile tout en apportant une véritable sécurité au quotidien. Au-delà de l'aspect pratique qui est la préoccupation première, la perspective de gérer plus efficacement ses appareils apparaît inévitable pour réaliser des économies d'énergie.Cependant, faute d'être largement répandue et à défaut de connaissance en la matière, les innovations dans les systèmes technologiques sont perçues comme coûteux tant en installation qu'en entretien. A cela s'ajoute également des freins psychologiques. Entre autres, les Français, semblent juger la domotique comme une « sophistication superflue » et se disent préoccupés par les risques de pannes inhérentes à l'automatisation.

Un changement des mentalités qui s'imposera par l'offreLa mutation de l'automatisation, n'est pas qu'une affaire générationnelle : des moins de 40 ans plus disposés à investir dans la domotique et a contrario des personnes plus âgés hermétiques au changement. En effet, la révolution technologique est avant tout soutenue par l'offre dans la construction neuve avec des promoteurs multipliant les systèmes de pilotage. Résultat, on peut penser que la domotique s'imposera d'elle-même dans l'esprit des Français et que les barrières psychologiques disparaîtront.Rappelons également que la démocratisation de la connexion très haut débit, indispensable pour gérer des solutions de domotique à distance, est en marche : 47 % des propriétaires disposent d'un tel équipement.Seul impair, un parc immobilier qui devient vieillissant et dont la rénovation se fait lentement : 48 % des propriétaires occupants habitent un logement construit avant 1975. Le défi est donc de promouvoir la rénovation des bâtiments anciens qui intègrent l'optimisation des systèmes de chauffage et de ventilation à l'aide de la domotique.Les Sem immobilières ont donc une carte à jouer pour développer ces nouvelles pratiques et réduire les coûts énergétiques.

À télécharger

Par Jean-Baptiste FOUCRAS
Top
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une expérience utilisateur personnalisée et réaliser des statistiques de visites.