menu

Les campagnes urbaines : une réalité urbaine à inventer

Publié le 15 octobre 2014

La vlle se diffuse, la centralité n’est plus l’apanage du centre et certains espaces périphériques deviennent centraux. La Fédération des Epl, en partenariat avec la FNAU, ont souhaité mettre l’accent lors du Congrès des Epl sur le développement de ces territoires, leur nouveau positionnement par rapport à la métropole et les modes d’intervention qu’il est nécessaire de mettre en oeuvre ou d’inventer sur ces territoires.

Aujourd'hui… il y a une thèse… un raisonnement… une idée qui semble être partagée de façon quasi unanime. Cette idée, c'est l'impérieuse nécessité de construire la ville sur la ville, c'est l'idée selon laquelle il est urgent de densifier les territoires urbains. Le regroupement est dans l'air du temps, regroupement des collectivités, regroupement des habitats,  volonté d'éviter les déplacements inutiles, nécessité de réaliser des économies d'échelle. La ville doit grandir sur elle-même, en hauteur, mais pas en largeur, voilà ce qui mobilise l'énergie des aménageurs et inspire les sociologues et les architectes.

Mais est-il déplacé d'imaginer une autre urbanité qui ne serait pas forcément en contradiction avec la première, une urbanité des territoires périphériques des grandes métropoles, des villes centres ? Est-il possible d'imaginer la ville à la campagne ? Avec quels modes d'intervention sur ces territoires ? Et quel rôle pour les Epl dans cette nouvelle urbanité ?

A travers trois retours d'expériences, le débat s'est engagé sur les sujets de la relation à l'habitant, le niveau d'acceptabilité des populations au changement, les modes de faire pour faire évoluer ces territoires.

A travers les diverses expériences de la Shema, Sem bi-régionale, intervenant sur 5 départements en Basse et Haute Normandie, Alain Kendirgi, directeur général, a notamment mis l'accent sur la capacité des populations à envisager une nouvelle urbanité, à accepter la diversité d'une vie communale.En réponse à ces échanges, Christophe Jaulin, directeur de la SEP à Poitiers, a pu évoquer la manière dont l'aménageur et la collectivité, dans le cadre d'une commune péri-urbaine de Poitiers ont réussi à impulser une dynamique locale, obtenu l'adhésion de la population à l'idée de recréer une véritable centralité à la commune, à travers la création de commerce, de petits immeubles mais aussi de maisons individuelles sur des lots plus denses.Cette prise en considération de l'habitant est d'autant plus importante lorsqu'il s'agit de redensifier les lotissements dans une démarche partenariale. Cette approche innovante fait notamment l'objet d'un travail au sein de l'Agence d'urbanisme de Tours qui, comme le déclare Jérôme Baratier, son directeur, doit être mise en place par un ensemblier.

Dans la prolongation de ces débats, la question de la gouvernance s'est révélée un point essentiel car recréer des centralités en péri-urbain pose la question de la mobilité, de l'activité économique et de l'accès aux services et ces éléments doivent être analysés aux différentes échelles de territoires.

Un bon nombre d'Epl ont manifesté leur intérêt sur cette question qui fera l'objet d'autres échanges les prochains mois. Rendez-vous est d'ores et déjà pris lors du Congrès de la FNAU les 17 et 18 novembre prochain à Paris.

Par Hélène LE RAI
Top
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une expérience utilisateur personnalisée et réaliser des statistiques de visites.